En sortant d’un newskill dans le canton de Fribourg, Joelle Dey-Boada et moi même avons discuté sur le sujet d’aller à la rencontre des nouvelles personnes. En passant en revue les dernières rencontres, nous avons pu constater qu’il y avait des membres de certaines régions qui n’hésitaient pas de se déplacer dans les autres cantons, tandis que d’autres ne bougeaient pas où que très rarement.

Au delà de la question du temps et sans juger ces tendances, les questions qui nous venaient était plus sur „comment“ les personnes (nos membres en occurence), conçoit leur réseau ? Est ce que c’est un plus, un opportunité, un „devoir“, une occasion, „quel que chose qui va de soi“….etc. Et la question qui suivait ;  jusqu’où les personnes étaient prêtes de se déplacer afin de nourrir ce dernier ?

Le début d’une activité est souvent synonyme d’un réseau de proximité. Des personnes qui peuvent nous relayer en cas de besoin tel que la famille ou des amis, des clients qui nous connaissaient  parlent autour d’eux créant un flux de bouche à oreille. Mais inévitablement arrive le moment du changement qui demande de nous adapter. Notre business marche super bien, ou pas assez, il nous manque une personne avec des compétences spécifiques, les enfants ont grandi, nous laissant plus de temps à consacrer à notre “ autre enfant“ voir la simple envie de voire notre activité grandir!

Ces moments sont des “ détonateurs“ qui nous poussent pour aller trouver ce dont on a besoin. Ce fameux mouvement dont certains le décrit comme aller plus loin que sa „zone de confort“. Cette manière de faire est assez classique et logique, pourquoi faire autrement ? Est ce que c’est vraiment utile de se déplacer, chercher des nouvelles connaissances, expériences, idées quand au fonds les choses marchent bien ?

L’idée de se questionner su le „où est ce qu’on situe notre entreprise“ n’est pas bête car il permet selon sa réponse de constituer son réseau en fonction. Si on fabrique du pain ou des pâtisseries, est ce que c’est utile de se déplacer dans un autre canton afin d’élargir son réseau ?

Certaines de nos membres n’hésite pas de sillonner l’entière de la suisse pour faire avancer leur projet. En leur posant la question, toutes affirment que si internet offre des multiples opportunités pour se connecter aux autres et d’apprendre des nouvelles choses, le contact direct reste primordiale. Le direct produit un „liant“ qui est difficilement remplaçable. Sans prôner le déplacement à outrance elles conçoivent que c’est la rencontre de l’autre qui stimule leurs progrès, nécessaire pour que leur boîte évolue dans la direction voulue. Elles nous ont également donné leurs raisons de se déplacer et voir ailleurs.

  • Chaque nouvelle rencontre est l’opportunité d’être un  peu plus claire et à l’aise dans notre manière de nous décrire. C’est également un excellent feedback: est-ce que mon service/produit plaît, interpelle, attire? Les besoins sont-ils différents ici que là-bas?
  • Une nouvelle rencontre, c’est une nouvelle opportunité business, en tant que cliente, partenaire, ambassadrice, promoteur de mes services/produits
  • On est toujours plus intéressant ailleurs que chez soi. Il faut imaginer un atelier animé ici par une Belge: elle a directement une aura plus grande. Pareil entre une région et l’autre. En se déplaçant, on devient automatiquement plus grande.
  • Dépasser ses peurs, aller à la rencontre de l’autre. Enrichissement.
0 Comments

Leave a reply

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.

*

© 2019 Association suisse des Mampreneurs. L'audace de se réaliser. Uniques. Ensemble. - Made by Siiimple.

Nous contacter

Sending

Log in with your credentials

Forgot your details?